letexier.org



Marketing

Penser la surveillance au-delà de Foucault

Critique, tome 56, n°882, 2020, pp.952-968. (Note de lecture sur Bernard E. HARCOURT, La Société d’exposition : désir et désobéissance à l’ère numérique, trad. de S. Renaut, Paris : Seuil, 2020 [2015], et Bernard E. HARCOURT, The Counterrevolution : How Our Government Went to War against Its Own Citizens, New York : Basic Books, 2018)

La Société d’exposition part d’un constat qui ne devrait plus surprendre depuis les révélations d’Edward Snowden, en 2013 : « Notre envie de publier des selfies sur Instagram et des commentaires sur Facebook, de faire des recherches sur Google, d’acheter sur Amazon, de regarder des films sur Netflix et des vidéos sur YouTube alimente sans qu’on le veuille les mécanismes de surveillance des GAFA, de la NSA, de la DGSE et des services de renseignement du monde entier » (p. 252). Son originalité est d’essayer de lier cette surveillance généralisée à deux réalités en apparence très éloignées : d’un côté une économie du désir, de l’autre les politiques répressives menées aux États-Unis depuis le 11-Septembre. L’ambition est très louable, mais la démarche intellectuelle n’a pas toujours la rigueur qui rendrait la démonstration convaincante.

LeTexier_Penser-la-surveillance-Foucault_Harcourt




Tous les thèmes

Economie
Etat
Gouvernance
In English
Livre
Management
Marketing
Notes de lecture
ONG et altermondialisme
Organisations internationales
Science
Technique